fbpx skip to Main Content

Syrius, l’autre étoile du solaire thermique en Occitanie

Extrait de l’article paru sur le blog Tecsol

 

Installée à Lavérune à deux pas de Montpellier, la société Syrius crée en 2013 et présidée par Thierry Demaret, un ancien de chez Giordano, tire son épingle du jeu sur le marché du solaire

thermique à destination quasi exclusive pour l’heure des DOM-TOM. Depuis 2017, Syrius intègre peu à peu la fabrication des panneaux solaires en interne. Avant de la développer davantage encore dans un nouvel atelier de 1 200 m² attendu pour juin 2019. Toujours à Lavérune…

L’Occitanie deviendrait-elle au fil du temps la région phare de l’industrie du solaire thermique à la Française ? On est en droit de se poser la question. Nous vous avons déjà évoqué dans nos pages les faits d’arme de la société HelioFrance à Bérat dans la banlieue de Toulouse, nouvel entrant dans ce secteur d’activité.

 

Le marché de Syrius tourné vers l’outre-mer

Dans nos radars, il nous avait échappé la société Syrius sise à Lavérune dans la banlieue de Montpellier, une autre étoile qui brille dans le firmament de l’industrie du solaire thermique occitan. Créée en 2013, Syrius Solar Industry est présidée par Thierry Demaret, ex Giordano, qui travaille depuis près de vingt-cinq ans dans le solaire. L’homme connaît parfaitement ce marché et ses arcanes, et notamment celui de l’outre-mer où la défiscalisation offre de belles opportunités et de beaux débouchés.

C’est ainsi dans les îles que Syrius réalise l’essentiel de son chiffre d’affaires (4,8 millions d’euros en 2017 et 7 millions attendus en 2018). « Dans ces îles ensoleillées, le solaire thermique avec des produits à technologie thermosiphon représente un marché naturel particulièrement dynamique que ce soit pour les particuliers ou les professionnels pour le collectif. Ce marché est en forte croissance. Nous sommes aussi pas mal appuyés par la politique d’EDF dans les DOM-TOM qui pousse les chauffe-eau solaire pour limiter la vente d’électricité lors de la pointe du soir tout en récupérant les Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) » précise Thierry Demaret.

Lire la suite…

Back To Top